Fracture numérique et perception des maitrises des compétences TIC

Résumé : Le concept de fracture numérique désigne plusieurs notions relatives au domaine des Technologies de l’information et de la communication (TIC). En effet, la définition de la fracture numérique dépend du contexte dans lequel on se situe : géographique, social, économique ou encore générationnel. Cette recherche s’intéresse à la fracture numérique en contexte générationnel, au niveau des usages et de la maîtrise des compétences TIC. Plusieurs générations numériques peuvent être distinguées (Excousseau, 2000 ; Préel, 2000) : avant 1978 (Génération X), entre 1978 et 1994 (Génération Y) et entre 1994 et 2010 (Génération Z). Entre ces générations, un décalage numérique de plus en plus marqué s’est créé. Dans ce cadre, Pouget (2010) considère que les individus appartenant à la Génération Y font partie d’une population qui a évolué avec le numérique. Ainsi, ces individus ont connu en parallèle de leur développement le progrès des TIC. Cela a marqué leurs usages. Néanmoins, cette dernière se situe en retard relativement à la vitesse des progrès numériques (Bloche, 1999). La Génération Z, elle enregistre un retard moins important dans les pratiques numériques relativement à l’évolution technologique. Entre les Générations Y et Z et la Génération X, il existe un « fossé numérique » qui est particulièrement visible au niveau de l’utilisation des potentialités TIC. Ainsi, les premières emploient les TIC pour des besoins personnels et professionnels alors que la dernière est difficilement en mesure d’exploiter un matériel informatique, faute de connaissances et de compétences. La fracture générationnelle s’identifie à trois niveaux : l’accès aux outils et aux matériels par la population, leur utilisabilité et leur utilisabilité avec efficacité (Pouget, 2010). Ces deux derniers points constituent le cœur de la recherche. Elle est motivée par des résultats d’études récentes qui montrent que l’utilisabilité se résume principalement à l’usage des réseaux sociaux (Fréquence Ecoles, 2010). Cela pose la question de la différence des méthodes pour appréhender le numérique entre différentes générations. La présente recherche est conduite dans le contexte de la loi de refondation de l’école, et notamment, dans la formation au et par le numérique à l’Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education (ESPE). Les étudiants et les stagiaires de l’ESPE suivent des formations pour les amener à pratiquer le numérique de façon innovante dans leurs classes. Dans ce contexte de formation, d’importantes disparités existent au sein du public accueilli à l’ESPE suivant leur appartenance générationnelle. Cette étude suit quatre objectifs. Premièrement, elle vise à mettre en évidence la réalité des fractures générationnelles dans le public des étudiants et stagiaires de l’ESPE. Deuxièmement, elle vérifie l’existence d’une différence entre la perception des compétences numériques et la maîtrise réelle des compétences. Troisièmement, elle teste si cette différence dépend de l’appartenance générationnelle des participants. Enfin, elle examine si les décalages intergénérationnels et ceux entre les perceptions et la maîtrise réelle sont réduits par la participation à une unité de formation au numérique. La première hypothèse de l’étude est que le décalage existant entre la perception des compétences et la maîtrise des compétences dépend de l’appartenance générationnelle. La deuxième hypothèse est que les décalages antérieurement mentionnés sont réduits par la formation au numérique. L’étude a été réalisée auprès de 250 participants, à l’ESPE de la Martinique, comprenant des étudiants en Master 1 et Master 2 Métiers de l’Enseignement et de l’Education et de la Formation (MEEF) et des stagiaires de l’Education Nationale. La collecte des données se déroule en deux phases. La première phase réalise le découpage générationnel (à partir de l’âge des participants), mesure la perception des compétences (auto-évaluation des compétences C2I) et les compétences réelles (évaluation des compétences C2I par un formateur au numérique) à l’aide d’un questionnaire en ligne. Elle est suivie par une formation au numérique de 24 heures. La deuxième phase emploie les mêmes mesures que la première. Seule la première phase de l’étude a été réalisée. La phase de formation est actuellement en cours de déroulement. Les résultats préliminaires tendent à montrer, d’une part la réalité du décalage entre la perception des compétences et leur maîtrise, et, d’autre part, que ce décalage dépend de l’âge. Chez la génération X, le décalage est moins marqué que chez la génération Y. De plus, les étudiants en Master 1 montrent un décalage plus important que ceux en Master 2. Ces résultats vont dans le sens de nos hypothèses. Cependant, ils restent à être confirmés par les analyses complètes à l’issue de la collecte de données. La réalisation de cette étude permet de mettre en évidence l’importance de l’acte de formation au numérique, aussi bien dans l’harmonisation des différences dues aux appartenances générationnelles, mais également dans la nécessaire correspondance entre perception de compétences et maîtrise réelle des TIC.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal.univ-antilles.fr/hal-01981162
Contributor : Cédric Ramassamy <>
Submitted on : Monday, January 14, 2019 - 8:08:26 PM
Last modification on : Friday, June 14, 2019 - 1:32:32 AM

File

Soumission printemps ESPE.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01981162, version 1

Citation

Cédric Ramassamy, Maria Popa-Roch. Fracture numérique et perception des maitrises des compétences TIC. Le printemps de la recherche en ESPE, Mar 2016, Paris, France. ⟨hal-01981162⟩

Share

Metrics

Record views

101

Files downloads

40