Le langage de Hindemith Dans son ballet der Dämon. Quel langage musical, pour quel Démon ?

Résumé : Le langage de Hindemith Dans son ballet der Dämon. Quel langage musical, pour quel Démon ? Apollinaire Anakesa Kululuka Par ce titre provocateur sous toutes les latitudes, Hindemith chercherait-il à exprimer la pensée morose ou le romantisme amer ou encore, le pessimisme gris, dans lesquels furent développées ses oeuvres, qu'il a écrites « à la diable », comme l'indique Paul Landormy 1 ; ou alors, s'agirait-il de la projection imagée de la déchirure de la société du moment ? Telles sont les questions que nous examinerons à travers l'analyse musicale du langage sonore adopté par l'auteur pour symboliser le démon. Dès son début, il existe dans la musique du XX e siècle une tentative radicalement neuve, un effort pour asseoir la création musicale audacieuse sur des principes révolutionnaires : la révision totale des valeurs acquises, avec parfois, le renoncement au passé, l'élimination de certaines normes établies. Il s'agit donc de la remise en cause des enchaînements harmoniques obéissant au seul principe traditionnel de la tonalité reposant sur la tension et sur la détente 2. C'est dans ce contexte ou cet état d'esprit que Hindemith, comme d'ailleurs ses autres contemporains, a cherché à établir un langage qui dépasse les balises traditionnelles jalonnant, jusque-là, la démarche créatrice en élaborant aussi, plus tard, sa propre théorie 3. L ' é l a n du langage adopté par Paul Hindemith, dans ce ballet, n'est pas sans lien avec la dégénérescence, musicalement, de l'ordre traditionnel qui a prévalu dès le début du XX e siècle, ainsi qu'avec la transmutation de l'environnement-la société occidentale d'alors-dont le compositeur pressentait, par ailleurs, les exigences et le déclin. Der Dämon 4 , op. 28 (musique d'une pantomime dansée en deux tableaux, de Max Krell), créé en 1922, fut écrit à une époque où l'expressionnisme sévissait en Allemagne. A cette époque, Hindemith fit particulièrement preuve d'un esprit créatif singulier, dans le domaine lyrique particulièrement, peut-être stimulé par sa vie au front pendant la Première Guerre Mondiale. Il y composera ses premiers opéras qui donnèrent lieu à de véritables scandales, dont : Mörder, Hoffnung der Frauen, Das Nusch-Nuschi, Sancta Susanna, Tuttifantchen et Cardillac.
Complete list of metadatas

https://hal.univ-antilles.fr/hal-01967996
Contributor : Apollinaire Anakesa Kululuka <>
Submitted on : Tuesday, January 1, 2019 - 11:36:27 PM
Last modification on : Thursday, May 9, 2019 - 10:04:15 AM
Long-term archiving on : Tuesday, April 2, 2019 - 5:22:02 PM

File

Hindemith ballet der Dämon An...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01967996, version 1

Collections

Citation

Apollinaire Anakesa Kululuka. Le langage de Hindemith Dans son ballet der Dämon. Quel langage musical, pour quel Démon ?. Ostinato rigore, Éditions Jean-Michel Place,, 1996, pp.323-335. ⟨hal-01967996⟩

Share

Metrics

Record views

16

Files downloads

18